O Emmanuel

O Emmanuel, rex et legifer noster, exspectatio gentium, et Salvator earum : Veni ad salvandum nos, Domine, Deus noster.

Ô Emmanuel, notre roi et notre législateur, vous l’attendu des nations et leur Sauveur, venez nous sauver, Seigneur, notre Dieu.

La dernière antienne O est tirée de la prophétie d'Isaïe (7, 14) : « C'est pourquoi le Seigneur lui-même vous donnera un signe : voici que la vierge concevra et enfantera un fils, et elle lui donnera le nom d'Emmanuel ». C'est la fameuse prophétie de l'Alma que l'on chante tout au long de l'Avent : Alma Redemptoris Mater – Mère très pure du Rédempteur.

Elle nous manifeste deux réalités capitales pour notre sainte religion : il y est question d'une vierge-mère et d'un enfant dont le nom signifie en hébreu : Dieu avec nous.

Marie nous est donc manifestée comme la toute-pure, l'immaculée Mère du Sauveur, l'unique créature pure qui ait été préservée du péché originel. Celle que Dieu a voulue, choisie, aimée de toute éternité pour qu'elle devînt la Mère de son Fils.

Et son Fils, l'Emmanuel, est le Dieu fait chair : Verbum caro. « Le Verbe se fait chair pour que l'homme devînt Dieu », dit saint Augustin. C'est le mystère sublime de l'Incarnation rédemptrice. Nous le trouvons de manière saisissante dans le dernier évangile que la liturgie nous fait lire à la fin de chaque messe : 

« Au commencement était le Verbe, et le Verbe était en Dieu, et le Verbe était Dieu. Il était au commencement en Dieu. Tout a été fait par Lui, et sans lui n'a été fait rien de ce qui a été fait. En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes.
Il était dans le monde et le monde a été fait par lui, et le monde ne l'a point connu. Il est venu chez lui, et les siens ne l'ont pas reçu.
Mais à tous ceux qui l'ont reçu il a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, à ceux qui croient en son nom ; qui ne sont pas nés du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l'homme, mais de Dieu.
Et le Verbe s'est fait chair et il a habité parmi nous, et nous avons vu sa gloire, gloire comme du Fils unique du Père, plein de grâce et de vérité.
»

Profitons des festivités de la Nativité pour renouveler notre adoration du Fils, notre amour de la Mère et notre filiation divine, acquise par le saint baptême.