Journal de route – Octobre-Décembre 2021

05 Février, 2022
Provenance: fsspx.news

11 au 16 octobre 2021

Il y a quelque chose d’inexplicable que la montagne ajoute à la spiritualité… Alors quand on peut joindre l’une à l’autre, c’est avec certitude choisir les meilleurs ingrédients pour faire une bonne retraite !

Nous voilà justement une douzaine de confrères sur les hauteurs de Nendaz pour suivre notre retraite sacerdotale sous la direction de l’abbé Laurent Biselx et tâcher de renouveler, par ces exercices spirituels, toute l’ardeur de notre vocation sacerdotale.

18 octobre 2021

Réunion de prêtres de la Suisse alémanique à Lucerne. L’intention de la quête de missions étant destinée cette année à la Lettonie, il m’a semblé intéressant de demander à l’abbé Lukas Weber, grand spécialiste de ce pays, de nous en dire un peu plus et de nous faire découvrir en particulier le rite byzantin.

Entre autres, notre conférencier a effectué le travail de traduire en latin les différents textes sacrés de la liturgie de saint Jean Chrysostome. Au-delà des différences de rites, il est impressionnant de retrouver une très grande similitude dans la substance de la plupart des prières.

23 au 25 octobre 2021

Mon séjour en terre fribourgeoise devait coïncider avec la visite canonique du prieuré d’Enney, malheureusement le corona en décidé autrement, car après qu’un confrère soit tombé malade, voilà que toute la communauté se trouve en quarantaine… Finalement, cette visite tombe à point nommé pour assurer les messes dominicales et également admirer les travaux de transformations du prieuré qui avancent bien ! Pour le reste, on reviendra à l’occasion !

Début novembre 2021

Le début de ce mois de novembre est très calme et pour cause, un fameux virus est de passage à la maison du district et oblige certains à garder le lit, d’autres à se mettre en quarantaine.

Un seul aspect retiendra ma réflexion, et j’espère éviter toute polémique, ce qui relève presque du miracle sur un tel sujet : si l’infiniment petit peut chambouler à tel point notre vie, nous ne sommes vraiment rien face à Dieu, l’infiniment grand !

15 novembre 2021

En ce lundi matin, au prieuré d’Oberriet, les différents recteurs de nos écoles de Suisse alémanique ainsi que les instances du district ont la joie de prendre part à une réunion avec le responsable du canton de Saint-Gall pour les écoles privées.

Un excellent travail est réalisé dans nos écoles et nos internats. Même s’il y aura toujours à s’améliorer, et il faut continuer à s’adapter aux exigences législatives, les autorités scolaires ont tenu à mentionner leur avis positif devant l’engagement de la Fraternité pour ses écoles. Nous espérons pouvoir continuer dans cette excellente collaboration.

16 novembre 2021

Le réfectoire de l’école Fleurs de mai n’est pas trop grand pour accueillir tous les membres de l’association Fleurs de Mai à l’occasion de son assemblée générale.

Les nouveaux membres sont nombreux et c’est très heureux pour le futur. Une partie de l’équipe dirigeante passe aussi la main. Après de nombreuses années de dévouement, Vincent Borgeat cède la présidence à Pierre-Samuel Wuilloud. Merci à la grande générosité et à l’engagement des uns et des autres.

La gestion de nos écoles se présente en Suisse sous diverses formes, avec pour chacune leurs avantages et leurs inconvénients. Le côté positif ici, c’est certainement que tous sont impliqués dans les difficultés financières et organisationnelles, et c’est loin d’être de tout repos.

19 au 26 novembre 2021

C’est le temps d’une petite semaine pour passer quelques jours dans la magnifique île de Sicile. Le but premier était de découvrir cette région. C’est presque un musée à ciel ouvert épargné par les guerres, ainsi qu’un magnifique parcours et souvent un pèlerinage à travers les siècles de la civilisation chrétienne.

Mais l’occasion était belle aussi de découvrir nos fidèles sur place. Ils sont à peu près une centaine, répartis sur toute l’île, et vraiment très accueillants. Le prêtre desservant ne peut venir qu’une fois par mois, et donc quelle joie pour eux qu’une messe de plus en semaine et surtout le dimanche. Pour nous qui sommes bien gâtés en Suisse, c’est beau et édifiant de voir l’amour que portent les fidèles à la messe et au prêtre !

 

29 novembre 2021

En ce dernier lundi de novembre, les prêtres de la partie germanophone se retrouvent tous sur les bancs d’école à l’Institut Sancta Maria de Wangs ! En ces temps troublés, rien de plus important que ces réunions de prêtres.

C’est l’abbé Waldemar Schulz, en poste actuellement en Autriche et spécialiste des questions de morale, qui nous fait l’honneur de sa présence et qui, en présentant certains problèmes de morale à résoudre, permet de rafraîchir notre mémoire sur les principes immuables de la théologie, ainsi que d’exercer le bon jugement que tout prêtre se doit de posséder.

30 novembre et 1er décembre 2021

Les districts de langue allemande sont relativement modestes par rapport à d’autres grands districts comme la France ou les Etats-Unis. Alors quoi de plus utile que de répartir et de partager le travail et les compétences entre les districts : c’est l’objet de la réunion qui a eu lieu au séminaire de Zaitzkofen et dont nous espérons qu’elle pourra porter des fruits !

6 décembre 2021

Le prieuré de Genève nous accueille pour la réunion des prêtres de Suisse romande. A cette occasion, l’abbé Jean-Michel Gleize, professeur à Ecône, nous fait un exposé magistral et très intéressant sur la question du don d’organe et de la mort cérébrale. La controverse est un peu similaire à celle du corona : si on mélange les domaines et les compétences, c’est l’échec assuré !

Pour la fin de vie, c’est un principe philosophique que la mort est la séparation de l’âme et du corps. L’âme est un principe de vie et donc le rôle du médecin n’est que de constater les éléments tangibles confirmant la certitude de la mort : une personne presque morte n’est pas encore morte et ladite « mort cérébrale » n’est pas la mort. Donc pas question pour un catholique de provoquer le décès en prélevant des organes vitaux.

En jouant sur les mots, en faussant les notions et les principes, on en arrive facilement à justifier l’injustifiable. C’est la raison pour laquelle le rappel des grands principes de philosophie, surtout pour répondre aux progrès de la médecine, est capital.

10 décembre 2021

Suite à l’invitation faite par l’aumônier des sœurs de Vigne en Italie, l’abbé Emmanuel du Chalard, j’ai l’honneur d’accompagner le supérieur du district d’Allemagne, l’abbé Stefan Pfluger, à la cérémonie des premiers vœux de sœur Maria Gemma Stössel.

Ce fut une très belle cérémonie qui réunit une belle délégation suisse en la fête de Notre-Dame de Lorette. Même si l’on sait qu’il faut suivre le Christ en portant sa croix, le cérémonial ici l’exige à la lettre ! C’est donc réellement que la nouvelle professe reçoit la couronne d’épine et la croix, deux objets ne la quittent pas la journée durant. Que nos prières accompagnent ces vocations et en suscitent d’autres !

C’était également l’occasion de découvrir le magnifique couvent que les sœurs ont pu acquérir, il y a quelques mois, en partie grâce à la générosité des fidèles du district de Suisse lors de la quête de carême 2021. Quand on peut visiter la petite « bicoque » qui accueillait jusqu’à présent la maison mère et l’actuel couvent qui sert de noviciat, on peut dire que le changement est vraiment impressionnant et la Providence toujours aussi merveilleuse dans ses bienfaits !

11 au 15 décembre 2021

Le retour d’Italie se fait directement par Wil, où débute la visite canonique du prieuré et de l’école. Je me permets d’écrire les lignes qui suivent avec peut-être un peu trop de franchise, mais le constat qui est tiré pourrait tout à fait s’appliquer à plusieurs de nos maisons.

D’un côté, on remarque avec joie un très grand dévouement dans nos œuvres, que ce soit de la part des prêtres, des frères, des sœurs et évidemment de nombreux fidèles : faire vivre un prieuré, une école, des familles par les temps qui courent, c’est un tour de force et cela demande vraiment un don de soi conséquent !

Mais d’un autre côté, depuis quelques mois, on constate comme un refrain aux relents de mauvais esprit : la Fraternité n’est plus assez combattive, elle s’endort, les fidèles sont délaissés et les prêtres ne sont plus aussi zélés que par le passé, voire même mettent en péril les âmes. Attention à la zizanie !

S’il y a toujours à prendre dans une critique, j’en suis le premier conscient, il y a aussi un devoir de nous protéger des polémiques inutiles et de nous recentrer sur l’essentiel. Les prêtres sont là pour les âmes, pour leur donner la messe et leur conférer les sacrements dont ils ont besoin.

Ceci dit, pour un supérieur, le premier aspect qu’il se doit de vérifier, c’est la vie de communauté et le respect de nos statuts, ce qui est d’autant plus important en temps de crise. C’est donc délibérément que l’accent de la visite canonique est mis sur la vie de communauté plutôt que sur l’apostolat. Mais que tout le monde se rassure, un religieux qui suit sa règle sera le meilleur apôtre et l’intercesseur le plus efficace auprès des âmes.

t.f.