Journal de route – Janvier - Février 2021

14 Avril, 2021
Provenance: FSSPX Spirituality

4 janvier 2021

13, c’est le beau nombre de séminaristes que compte notre district ! Malheureusement, en raison des différences linguistiques, ils sont séparés en trois séminaires distincts. L’occasion était belle alors de nous retrouver, en partie, pour une journée en terre fribourgeoise.

Ne manquez pas de prier pour les vocations : que les jeunes gens et jeunes filles n’hésitent pas à suivre l’appel de Dieu. La moisson est grande, mais les ouvriers sont bien trop peu nombreux !

12 janvier 2021

Après plusieurs mois de remplacements à gauche et à droite pour aider les différents apostolats du district, notre cher abbé Michel Rion vient enfin de recevoir son précieux sésame pour s’envoler pour son poste dans le lointain Canada. Nous partageons sa joie de partir après tant de mois d’attente, même si le manque de son aide efficace se fera forcément ressentir.

18 au 20 janvier 2021

Alors que l’abbé Bernard Carron est toujours cloué sur son lit d’hôpital, les retraites continuent… pire que cela, elles se multiplient pour se soumettre autant que faire se peut aux règles en vigueur et surtout pour répondre aux demandes des fidèles.

C’est avec plaisir qu’il m’est donné d’accompagner durant trois jours l’abbé Lovey dans ce bel apostolat qui transforme les âmes et que je recommande vivement, en particulier à tous ceux qui n’ont plus assez de doigts pour compter les années depuis leur dernière retraite. Pensez donc, en ces jours de pandémie, 5 jours… ce n’est que la moitié d’une quarantaine !

21 au 24 janvier 2021

La première visite canonique de l’année m’emmène à Oberriet. Un prieuré à la frontière de trois pays (Suisse, Autriche et Allemagne) ce qui n’est pas pour faciliter les choses en temps de coronavirus !

Une visite canonique n’est pas une inspection, mais c’est l’occasion de dire ce que l’on n’ose peut-être pas dire habituellement, de faire l’état des lieux. S’il y a toujours quelques points à améliorer et à corriger, il n’y a souvent qu’à encourager et soutenir.

Une belle vie de communauté soudée autour de la prière, c’est le secret de nos prieurés et c’est beau de voir comment le bon Dieu unit des personnalités parfois bien différentes dans cet idéal commun pour le salut des âmes.

25 janvier 2021

Même si son nom l’indique bien, on oublie souvent que la Fraternité est une famille : une famille spirituelle, mais une famille quand même ! Quand les temps sont durs, il est encore plus nécessaire que jamais pour une famille de se serrer les coudes et de s’encourager mutuellement.

C’est donc avec plus de joie que d’habitude que nous voilà assemblés à Oensingen autour de notre Supérieur général et nous le remercions pour le temps qu’il nous a accordé et la peine qu’il s’est donnée pour répondre à nos questions et nous encourager à continuer dans ces temps bien troublés.

31 janvier 2021

L’annonce de la visite du Supérieur de district dans une petite chapelle comme celle d’Uznach ne manque pas de soulever quelques inquiétudes chez les braves paroissiens, qui semblent craindre des annonces difficiles…

Mais c’est une belle petite paroisse que je découvre avec joie. Après des années un peu plus creuses, voilà que la chapelle est à nouveau bien remplie. C’est magnifique aussi de constater la générosité déployée par chacun pour faire vivre sa paroisse.

1er au 3 février 2021

A l’approche du 2 février, le supérieur du district de Suisse se sent toujours tiraillé entre les deux séminaires de Zaitzkofen et de Flavigny. Cette année, deux Valaisans prenaient la soutane en notre séminaire bourguignon. Quant au côté bavarois, c’était le cas d’un jeune Saint-Gallois.

En précisant qu’entre les cérémonies du 2 et du 3 février, 5 séminaristes suisses recevaient la tonsure ou les ordres mineurs à Zaitzkofen, et que la situation à la frontière française se montrait particulièrement délicate, la balance ne pouvait donc que pencher en faveur de l’Allemagne, cette fois-ci ! Quoi qu’il en soit, on apprécie tout de même d’avoir l’embarras du choix, signe que les vocations sont là : Deo gratias !

A cette occasion, j’ai eu le plaisir de retrouver sur place l’abbé Pascal Schreiber, qui dirige de main de maître le séminaire, et c’était une grande joie de voir des jeunes de notre pays gravir peu à peu les échelons du sacerdoce.

5 au 8 février 2021

Visite canonique de notre prieuré de Vouvry. Une visite intéressante et bien remplie. Le prieuré de Vouvry dessert la chapelle de Monthey, mais aussi une bonne partie du canton de Vaud : Lausanne, le carmel de Chexbres et l’école de Villars-Tiercelin.

Les entretiens sont nombreux, francs et constructifs, à tel point qu’il est difficile de tenir les horaires fixés pour les visites… mais heureusement qu’il existe le quart d’heure vaudois pour justifier au moins une partie du retard !

Certains fidèles seraient tentés de penser que les supérieurs, en leur fonction de direction, sont adeptes de la sourde oreille. Qu’ils soient rassurés, nous apprécions d’avoir tous les avis, qu’ils soient positifs ou négatifs, et nous essayons d’en tirer le meilleur. Cependant, comme en toute œuvre humaine, tout prend du temps et demande beaucoup de patience !

21 février 2021

Comme souvent, quand on parle de lieux d’intérêt, on connaît très bien certains sites touristiques bien loin de chez soi. Quant à ceux qui se trouvent à proximité, souvent on les ignore.

C’est cette réflexion qui me vient à l’esprit sur la route de Bâle en ce dimanche matin, car même si la chapelle est desservie depuis le prieuré de Rickenbach, je n’avais encore jamais pu y célébrer la messe.

Mais en ce jour, l’anomalie est corrigée. Bien accueilli par le père Martin, dissimulé sous sa capuche bénédictine, j’ai la grande joie de faire connaissance des fidèles de la région bâloise, même si le coronavirus ne facilite pas beaucoup les échanges.

22 et 23 février 2021

Le prieuré d’Oberriet recevait les prêtres de langue alémanique pour deux jours de formation. L’abbé Matthias Gaudron, autrefois en ministère dans le district de Suisse, nous fait l’honneur de sa présence. Il assure une bonne partie des conférences et certains confrères du district complètent harmonieusement un programme d’étude bien divers, mais très intéressant.

On répète souvent aux jeunes prêtres que les études ne font que commencer avec le sacerdoce et c’est bien vrai : c’est une nécessité pour nous, prêtres, de nous nourrir et d’approfondir nos connaissances dans le calme d’un prieuré, pour ensuite en amener les fruits aux âmes qui nous sont confiées.

t.f.