Lettre Circulaire aux fidèles de Suisse – Le Rocher 123

Bien chers fidèles,

Bientôt nous allons entrer dans le temps du carême. A cette occasion, je voudrais vous adresser tout d’abord une exhortation spirituelle et ensuite vous présenter les trois intentions de l’action de carême 2020.

Les œuvres du carême

Le carême s’appuie sur trois piliers : la prière, le jeûne et l’aumône. Ces trois piliers sont profondément enracinés dans la tradition de l’Eglise. Dans sa première homélie sur le jeûne en décembre le saint pape et docteur de l’Eglise Léon le Grand aborde ce thème et démontre en peu de mots les bienfaits que les trois œuvres du carême portent en elles : « Les principaux actes de la religion sont au nombre de trois, la prière, le jeûne et l’aumône […] La prière nous rend la divinité propice, le jeûne amortit la concupiscence de la chair, les aumônes effacent nos péchés, et ces trois vertus réunies nous rendent à nouveau semblables à Dieu, pourvu que nous soyons toujours prêts à chanter ses louanges, et que nous veillions sans cesse à être purs de tout péché, et à secourir notre prochain dans son infortune. Ces trois vertus, bien observées, renferment tous les mérites et toute l’efficacité des autres vertus. Elles impriment en nous les traits de la Divinité et nous unissent inséparablement au saint Esprit. La prière conserve la rectitude de la foi, le jeûne contribue à rendre notre vie pure et l’aumône accoutume notre cœur à la bienfaisance. » 1

Il y a au total neuf homélies de saint Léon Ier sur le jeûne en décembre. Dans la quatrième, ce grand pape et docteur de l’Eglise revient sur notre thème. Voici sa pensée : « Comme la fragilité humaine succombe très souvent sous le poids de ses devoirs, et que la faiblesse de notre nature nous fit commettre une foule de péchés, Dieu, qui est plein de miséricorde et de bonté, nous a donné des remèdes à nos maux et des moyens pour obtenir le pardon de nos fautes. Qui pourrait se garantir des charmes et des illusions du monde, des artifices du démon et des nombreux dangers auxquels l’inconstance de notre nature nous expose, si la clémence du Roi éternel n’aimait mieux notre salut que notre perte ? […C’est pourquoi on doit] se servir de trois médicaments […] la ferveur de la prière, la mortification du jeûne et la libéralité de l’aumône. Ces trois vertus, réunies en nous, nous rendent Dieu propice, effacent nos péchés et terrassent le tentateur. » 2

Rien de nouveau sous le soleil : plus de 1500 ans se sont écoulés depuis le pape Léon le Grand. Et rien n’a changé. La nature humaine est restée la même. Nous sommes toujours soumis aux mêmes tentations, mais nous disposons toujours – Dieu soit loué – des mêmes remèdes.

Utilisons les quarante jours du carême pour améliorer notre vie vraiment et durablement !

Par l’action de carême, nous désirons soutenir trois intentions cette année :

1. NOTRE MISSION AU NIGÉRIA

En 2018 nous avons pris en charge le parrainage de cette région d’Afrique. C’est pourquoi cette année aussi une partie de l’offrande de carême lui sera attribuée. Comme les deux dernières quêtes pour les missions et actions de carême ont soutenu le Nigéria, nous voudrions ensuite faire une petite pause.

A propos de pause, l’abbé Henry Wuilloud, le supérieur du district d’Afrique, relate à ce sujet dans une notice de début décembre 2019 : « Mais sur place, la pause devrait cesser !! L’Afrique avance toujours à son rythme, ce qui fait augmenter un autre rythme… cardiaque celui-là, et c’est le nôtre !! Comme nous espérons que le permis de construire nous arrive avant la fin de cette année (ce qui veut dire en janvier !) alors nous ferons le chemin d’accès, ce qui nécessite déjà un bon mois de travail. Puis nous pourrons enfin débuter le bâtiment lui-même et tenter de le mettre sous toit avant la saison des pluies ! Ce qui veut dire trois bons mois si on ne joue pas de malchance ! Nos bons Suisses ont été bien généreux, j’en suis chaque fois ébahi. Que saint Nicolas vous garde tous. »

2. NOTRE ÉGLISE À GLIS

Le 16 décembre 2018, nous avons béni notre église de Glis. Il ne s’agit pas seulement d’une église, mais de tout un complexe (avec crypte, salles de réunion, appartement pour les prêtres, garage souterrain et entrepôt), qui se trouve en excellent état. Une petite communauté de fidèles zélés y assiste régulièrement à la messe ; ce centre va ainsi se développer et devenir un site toujours plus important de la Fraternité sacerdotale dans le Haut-Valais où, jusqu’à présent, la Tradition a eu du mal à s’implanter. L’église de Glis est aussi un but apprécié par les fidèles de toute la Suisse qui passent leurs vacances en Valais, y assistent à cette occasion à la messe et visitent la nouvelle église. Les fidèles de Glis ont été d’une extrême générosité et ils sont en mesure de faire face aux dépenses courantes et aux intérêts hypothécaires. Nous aimerions les aider à amortir la dette par une partie du montant de l’action de carême, pour alléger un peu la charge financière.

3. LE SIÈGE DU DISTRICT À RICKENBACH

Tous les districts ont besoin d’un appareil administratif plus ou moins important car de nombreuses affaires doivent être centralisées. La plupart des comptabilités sont réglées ici, de même que le district se charge des assurances, de l’organisation des pèlerinages, de l’impression et de l’envoi du Mitteilungsblatt et du bulletin Le Rocher, des dossiers de prévoyance, des avis juridiques, de l’échange d’informations… Tout cela est lié à des dépenses correspondantes en termes de personnel et de frais d’administration.

Au nom du district de Suisse je vous remercie, chers fidèles, pour votre généreux soutien aux œuvres de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X.

Que Dieu vous le rende !

Abbé Pascal Schreiber

  • 1. Sermon XII.
  • 2. Sermon XV.