La parole de Mgr Marcel Lefebvre – Le Rocher 130

[[{"fid":"132604","view_mode":"file_styles_main_visual","fields":{"format":"file_styles_main_visual","alignment":"","field_file_image_alt_text[und][0][value]":false,"field_file_image_title_text[und][0][value]":false,"field_image_title[de][0][value]":"","field_image_description[de][0][value]":""},"type":"media","field_deltas":{"3":{"format":"file_styles_main_visual","alignment":"","field_file_image_alt_text[und][0][value]":"","field_file_image_title_text[und][0][value]":"","field_image_title[de][0][value]":"","field_image_description[de][0][value]":""},"4":{"format":"file_styles_main_visual","alignment":"","field_file_image_alt_text[und][0][value]":false,"field_file_image_title_text[und][0][value]":false,"field_image_title[de][0][value]":"","field_image_description[de][0][value]":""}},"link_text":null,"attributes":{"class":"media-element file-file-styles-main-visual","data-delta":"4"}}]]

L’Eglise croit au triomphe de Jésus-Christ ici-bas et dans l’éternité

L’Eglise croit en la Divinité de N.-S. Jésus-Christ, elle croit en son triomphe ici-bas et dans l’éternité. Et c’est pourquoi elle parcourt le monde avec ses missionnaires pour prêcher la Résurrection, mais elle connaîtra ce que les Apôtres ont rencontré par cette prédication.

La parole de saint Jean n’est que trop vraie : « Il est venu chez les siens et les siens ne l’ont pas reçu. » 1 Ils ne l’ont pas reçu. Dieu venu parmi nous, le Principe et la Fin, le Créateur de toutes choses, celui qui a fait tous les esprits, tous les hommes, tout le monde matériel, vient pour nous sauver et il n’est pas reçu.

L’Eglise a voulu maintenir la foi en Jésus-Christ

Il en va de même à travers toute l’histoire de l’Eglise qui va se dérouler devant nous pendant presque vingt siècles. Nous verrons l’opposition à la Divinité de Notre-Seigneur Jésus-Christ par toutes les manières possibles et imaginables, et l’Eglise remplie de cette foi en la Divinité de Notre-Seigneur Jésus-Christ car, comme le dit saint Paul : « Si Jésus-Christ n’est pas ressuscité, notre foi est vaine. » 2 Inutile de croire en Notre-Seigneur Jésus-Christ s’il n’est pas ressuscité parce que sa Résurrection est le témoignage irréfragable de sa Divinité. L’Eglise croit en la Divinité de Notre-Seigneur Jésus-Christ, elle croit en son triomphe ici-bas et dans l’éternité. Et c’est pourquoi elle parcourt le monde avec ses missionnaires pour prêcher la Résurrection de Notre-Seigneur Jésus-Christ, mais elle connaîtra ce que les Apôtres ont rencontré par cette prédication.

Saint Paul, à Athènes, a prêché Notre-Seigneur Jésus-Christ et quand il en est arrivé à la Résurrection et qu’il a dit : « Cet Homme-Dieu est ressuscité. – Oh bien, vous nous parlerez de cela une autre fois, nous vous entendrons une autre fois… » Ils n’ont pas voulu croire. Cependant, disent les Actes des Apôtres, quelques personnes s’attachèrent à saint Paul et le suivirent, l’écoutèrent et se convertirent 3 .

Il en est ainsi dans toute l’histoire de l’Eglise, les Apôtres ont prêché, les prêtres ont prêché, les missionnaires ont prêché : certains ont entendu, ont cru, d’autres n’ont pas cru.

Tout au cours de l’histoire, l’Eglise a voulu maintenir cette foi. Elle a tout fait pour que la foi en Notre-Seigneur Jésus-Christ, en sa Divinité qui est le salut de nos âmes, se maintienne, se confirme, se consolide. C’est pourquoi lorsque des peuples entiers se convertissaient, elle suppliait les princes de bien vouloir l’aider à organiser dans ces pays des universités catholiques, d’aider à l’implantation de monastères, d’institutions religieuses, d’institutions chrétiennes, d’écoles catholiques. Ainsi l’Europe s’est couverte de ces témoignages de la foi ; non seulement des papes, des évêques, des prêtres, mais aussi des rois et des princes ont aidé à l’implantation de l’Eglise catholique ; tous protégeaient la foi des fidèles.

L’histoire des croisades n’est pas autre chose que la protection de la chrétienté par les princes. Lorsque saint Louis, roi de France, partit pour accomplir sa croisade, bien plus que le désir de délivrer le tombeau de Notre-Seigneur Jésus-Christ à Jérusalem, il avait le désir de convertir les musulmans. Voyez, il avait toujours l’espoir de pouvoir approcher les sultans et, par la grâce du Bon Dieu, de les convertir à Notre-Seigneur Jésus-Christ. C’est comme cela d’ailleurs que, après avoir conquis Damiette, il espérait rencontrer le sultan, et priait pour sa conversion.

Malheureusement, loin d’accéder à son désir, le sultan attaqua les troupes de la croisade et, même, fit prisonnier saint Louis qui ne put se délivrer qu’en rendant la ville de Damiette et en payant une somme considérable pour délivrer son armée. Ce fut la même chose lorsqu’il alla à Tunis. Il espérait aussi pouvoir convertir le sultan, malheureusement les maladies terribles de ces pays, la peste, le choléra ont atteint les troupes, et saint Louis lui-même en est mort. Il est mort dans l’espoir que sa mort convertirait les musulmans.

Voilà la foi de nos princes catholiques, missionnaires et, en même temps, défenseurs de la foi dans leurs propres pays. L’Eglise les a toujours encouragés, et les papes ont félicité les chefs d’Etat qui protégeaient la foi de leurs sujets. C’est ainsi que pendant vingt siècles la chrétienté s’est constituée et s’est développée dans le monde entier.

La haine de Jésus-Christ, de l’Eglise existe encore

Mais les forces du mal sont puissantes et le Bon Dieu a permis que ces forces sataniques finissent par pénétrer à l’intérieur même des Etats chrétiens, à l’intérieur de ces grandes familles que constituaient les Etats catholiques, ces grandes familles chrétiennes, et que, par le protestantisme, se répande la zizanie. Les forces du mal ont fini par détruire ces Etats chrétiens en décapitant les rois, en ruinant les Etats catholiques.

Ainsi les principes de la Révolution de 89 ayant maintenant pénétré dans toutes les institutions, ils minent partout la foi catholique, dans toutes les familles, jusque dans les séminaires, jusque dans l’Eglise, jusque dans le clergé ! C’est ce qu’a dit saint Pie X : « Nous voyons maintenant que l’ennemi n’est pas seulement en dehors de l’Eglise, mais il est à l’intérieur. Et où est-il spécialement l’œuvre ? Il est dans les séminaires. » 4 C’est pourquoi il demandait aux évêques de chasser tous les professeurs modernistes des séminaires, afin de ne pas laisser se répandre les idées erronées, les idées fausses à l’intérieur des séminaires. Si les idées de la Révolution, les idées contraires à la foi catholique pénètrent à l’intérieur des séminaires, il en sortira un jour des prêtres, des évêques et alors, que deviendra l’Eglise ?

Mes bien chers frères, nous y sommes aujourd’hui. Cette pénétration de l’ennemi, cette pénétration de l’esprit de l’erreur, de l’esprit anticatholique est maintenant partout à l’intérieur de l’Eglise, partout ! Et chose stupéfiante, incroyable, ceux qui ont la responsabilité dans l’Eglise, ont décidé désormais de ne plus agir comme l’Eglise et les missionnaires l’ont fait pendant vingt siècles, de ne plus défendre la foi catholique par les missions, de ne plus demander aux chefs de famille et aux chefs d’Etat de venir au secours de l’Eglise catholique pour la défendre et la protéger. Ils ont décidé désormais de faire un pacte de paix avec les ennemis de l’Eglise, et ce pacte de paix s’appelle l’œcuménisme, s’appelle la liberté religieuse. Désormais c’est fini : la paix, la paix…

La paix avec qui ? Avec les ennemis de Notre-Seigneur Jésus-Christ, avec ceux qui l’ont crucifié, avec ceux qui ont continué de le crucifier pendant vingt siècles ! Dans le Corps mystique de Notre-Seigneur Jésus-Christ, chez les fidèles, il y a eu des martyrs, et des millions de martyrs ; il y en a encore aujourd’hui, prisonniers dans les geôles russes parce qu’ils sont catholiques. La haine de Jésus-Christ, la haine de l’Eglise – malheureusement nous sommes bien obligés de le constater – existe encore. (…) Dès que l’on parle de Notre-Seigneur Jésus-Christ, dès que l’on manifeste Notre-Seigneur Jésus-Christ, il y a des oppositions, et ce sera comme cela jusqu’à la fin des temps.

Les hommes d’Eglise ont fait un pacte avec les ennemis

Mais que l’Eglise, ou du moins que les hommes d’Eglise, que ceux qui ont des responsabilités dans l’Eglise fassent maintenant un pacte avec ceux qui ont toujours été les ennemis de Notre-Seigneur Jésus-Christ, c’est d’une gravité exceptionnelle ! On dit aux ennemis : « Vous pouvez venir chez nous maintenant librement, nous n’allons pas vous empêcher de venir dans nos familles catholiques, dans nos institutions catholiques, dans nos Etats catholiques. Nous ne vous empêchons plus de venir. Venez musulmans, bouddhistes, venez, vous serez bien accueillis. Et même éventuellement, nous vous construirons des mosquées, nous vous donnerons des écoles. Nous vous recevrons dans nos écoles catholiques où on ne fera plus le signe de la croix pour ne pas vous blesser, on ne parlera même plus de Notre-Seigneur Jésus-Christ de telle sorte que tous, juifs, protestants, musulmans, bouddhistes, vous pourrez venir dans nos écoles où vous serez largement accueillis. »

Pourquoi cela ? Soi-disant parce qu’on demandera la même chose aux musulmans, aux communistes et à tous les Etats totalitaires. On leur dira : « Maintenant, puisque nous avons accepté, nous, toutes les idéologies, toutes les fausses idéologies, et même tous les ennemis de l’Eglise (nous les acceptons autour de nous, nous les appelons maintenant des frères), eh bien faites-en autant avec nous. Ouvrez vos portes. Musulmans, ouvrez vos pays. Communistes, ouvrez votre pays pour que nous puissions proclamer notre foi. » Illusion totale ! Ce sont des ennemis jurés de Notre-Seigneur Jésus-Christ. Voyez ce qui se passe au Liban : les catholiques finiront vraisemblablement par être jetés à la mer par les musulmans, par esprit anti-chrétien !

Ce principe, qui a désormais été adopté par l’Eglise – principe que ces hommes d’Eglise estiment fondé sur une raison naturelle, sur ce qu’ils appellent la dignité humaine, sur les droits de l’homme – met l’erreur et la vérité au même niveau. C’est donc la destruction totale de l’Eglise, et nous assistons peu à peu à cette infiltration des erreurs. Aux erreurs correspond l’amoralité et par conséquent, l’immoralité, et ce à l’intérieur même de nos familles.

Mes chers frères, vous pourriez vous-mêmes donner des exemples concrets, peut-être dans vos propres familles, peut-être chez vos parents. Tous, dans nos familles, nous faisons la constatation d’une infiltration de l’immoralité ou de l’athéisme ; nous voyons même des enfants qui partent dans les sectes, nous voyons l’avortement, le divorce, la contraception qui se multiplient partout, dans tous nos villages qui étaient autrefois des villages catholiques !

Il n’y a pas si longtemps, lorsque j’étais supérieur du séminaire de Mortain, en 1945-1947, j’allais souvent confesser pendant les fêtes, comme celles de Pâques, dans les villages de Normandie, en France. Eh bien, dans la plupart de ces villages, il y a donc bientôt quarante ans, on montrait du doigt ceux qui ne pratiquaient pas ; ils étaient connus : « Un tel ne pratique pas ». Mais tout le village pratiquait. Les villages pratiquaient entièrement. Allez voir maintenant ! Quelques personnes à l’église, quelques personnes qui se confessent… C’est la ruine de la religion chrétienne, de la religion catholique !

Ces mauvais exemples, ces mauvaises idées qui circulent partout et qui sont colportées par tous les moyens de communication sociale, détruisent la foi en Notre-Seigneur Jésus-Christ, en la Divinité de Notre Seigneur Jésus-Christ. Le diable a réussi là une opération sensationnelle pour lui : faire la paix avec les ennemis de l’Eglise, leur permettre d’entrer partout, chez nous… C’est la fin de l’Eglise catholique ! Le but de Satan est la destruction de l’Eglise catholique et la destruction de l’esprit catholique, la destruction de la foi catholique. Et il a maintenant toutes les portes ouvertes.

Nous voulons continuer comme l’Eglise a toujours fait

Quant à nous, nous résistons. Nous voulons continuer comme l’Eglise a fait autrefois : défendre nos familles, défendre nos cités, défendre nos villages et, s’il le faut, constituer des chapelles pour nos familles, faire des écoles où Notre-Seigneur Jésus-Christ sera le Maître, le Roi. Et si d’aventure, il y a un petit protestant ou un petit juif qui veut venir dans notre école, il apprendra le catéchisme comme les autres, et s’il ne veut pas, il n’est pas obligé de rester dans nos écoles. C’est ce que nous faisions à Dakar lorsque nous avions des musulmans dans nos écoles. Parce qu’ils étaient peu nombreux, ils acceptaient d’apprendre le catéchisme. Il y avait quelquefois un petit enfant musulman qui était le premier de sa classe en catéchisme mais qui, malheureusement, ne pouvait pas communier et pleurait le jour de la première communion parce qu’il ne pouvait pas suivre les autres qui allaient communier. Mais si nous avions eu seulement la pensée de donner la communion à cet enfant, et par conséquent de le baptiser, les musulmans auraient mis le feu à notre école. Pas question de baptiser un enfant musulman !

Ainsi devons-nous maintenir cette foi catholique, protéger nos familles et, pour cela, reconstituer un tissu d’institutions chrétiennes : des monastères, des communautés contemplatives de religieux, de religieuses, pour redonner cette atmosphère catholique dans laquelle nous respirions, alors que dans le monde moderne, avec la disparition de toutes les institutions catholiques, nous sommes asphyxiés. Même les institutions dites catholiques ne le sont plus, et peu à peu nous pouvons dire, en vérité, que les prêtres et les évêques ne sont plus catholiques parce qu’ils ne veulent plus défendre la foi en Notre-Seigneur Jésus-Christ. Ils ne croient plus en la Divinité de Notre-Seigneur Jésus-Christ ; ce n’est pas possible autrement.

S’ils croyaient (…) que Notre-Seigneur Jésus-Christ est ressuscité, qu’il est le Sauveur, qu’il est notre Dieu, (…) ils auraient automatiquement le désir de répandre cette foi autour d’eux et de faire en sorte que le plus de personnes possible puissent suivre Notre-Seigneur Jésus-Christ dans sa Résurrection, dans son Ascension vers le Ciel. Voilà l’esprit de l’Eglise !

Alors gardons fermement cet esprit de l’Eglise. Voyez-vous, c’est pour cela que nous continuons à faire tout ce que nous pouvons pour essayer de restaurer cet esprit de l’Eglise à Rome même. Oui, à Rome même, parce que cet esprit de l’Eglise n’existe plus, même à Rome. (…)

Demeurons fermes dans la foi, et demandons à la Vierge Marie, la Reine du monde, la Mère de Jésus, elle qui est forte comme une armée rangée en bataille, de venir à notre aide pour que nous continuions sans faillir, sans faiblesse (…). Ne craignons pas d’être, en quelque sorte, apparemment en marge de l’Eglise officielle. Car nous sommes membres de l’Eglise catholique et romaine, même si ceux qui occupent les sièges épiscopaux actuellement nous estiment presque hors de l’Eglise. Pas du tout !

Nous sommes les pierres vivantes de l’Eglise catholique. Ce sont eux qui sont en train de s’éloigner de l’Eglise catholique et qui ne prêchent plus la véritable doctrine de l’Eglise. Alors prions la très sainte Vierge Marie qu’elle nous garde en cette foi.

Mgr Marcel Lefebvre

(Homélie à Ecône, Pâques 19 avril 1987)

 

  • 1Jn 1, 11.
  • 21 Cor 15, 14.
  • 3Cf. Actes 17, 31-34.
  • 4Cf. l’encyclique Pascendi.