Fête de l'Immaculée Conception

Voici les paroles par lesquelles le pape Pie XII proclamait le dogme de l'Immaculée Conception de la très Sainte Vierge Marie, en date du 1er novembre 1950 :

Puisque l'Eglise universelle, en laquelle vit l'Esprit de vérité, cet Esprit qui la dirige infailliblement pour parfaire la connaissance des vérités révélées, a manifesté de multiples façons sa foi au cours des siècles, et puisque les évêques du monde entier, d'un sentiment presque unanime, demandent que soit définie, comme dogme de foi divine et catholique, la vérité de l'Assomption au ciel de la Bienheureuse Vierge Marie - vérité qui s'appuie sur les Saintes Lettres et ancrée profondément dans l'âme des fidèles, approuvée depuis la plus haute antiquité par le culte de l'Eglise, en parfait accord avec les autres vérités révélées, démontrée et expliquée par l'étude, la science et la sagesse des théologiens - nous pensons que le moment, fixé par le dessein de Dieu dans sa Providence, est maintenant arrivé où nous devons déclarer solennellement cet insigne privilège de la Vierge Marie.

C'est pourquoi, après avoir adressé à Dieu d'incessantes et suppliantes prières, et invoqué les lumières de l'Esprit de vérité, pour la gloire du Dieu Tout-Puissant, qui prodigua sa particulière bienveillance à la vierge Marie, pour l'honneur de son Fils, Roi immortel des siècles et vainqueur de la mort et du péché, pour accroître la gloire de son auguste Mère et pour la joie et l'exultation de l'Eglise tout entière, par l'autorité de Notre-Seigneur Jésus-Christ, des bienheureux apôtres Pierre et Paul, et par la Nôtre, Nous proclamons, déclarons et définissons que c'est un dogme divinement révélé que Marie, l'Immaculée Mère de Dieu toujours Vierge, à la fin du cours de sa vie terrestre, a été élevée en âme et en corps à la gloire céleste.

C'est pourquoi, si quelqu'un - ce qu'à Dieu ne plaise - osait volontairement nier ou mettre en doute ce que Nous avons défini, qu'il sache qu'il a fait complètement défection dans la foi divine et catholique.
 

Mgr Lefebvre

Dieu dans sa sagesse, comme nous le montre aujourd’hui toute la liturgie, a préparé de longue date la très Sainte Vierge Marie. Il voulait la combler de toutes ses grâces et lui donner ce privilège extraordinaire de l’Immaculée Conception, l’exemptant de toute faute. «Tota pulchra es, Maria, et macula originalis non est in te. – Vous êtes toute belle, ô Marie, et il n'y a pas une seule tache en vous. » (Cant. 4, 7)

Eadmer

Marie est la tige très pure de Jessé et la demeure inviolée de la Divinité. 

C'est d'elle, en vérité, que le prophète Isaïe, sous le souffle de l'Esprit-Saint, bien des siècles avant sa naissance et celle de son enfant, a dit : « Une tige sortira de la racine de Jessé et une fleur s'élèvera de cette tige ; et l'Esprit du Seigneur reposera sur elle, esprit de sagesse et d'intelligence, esprit de conseil et de force, esprit de science et de piété, et l'esprit de la crainte de Dieu la remplira ».

La tige qui a produit cette fleur c'est sans contredit la Vierge Marie, et la fleur sortie de cette tige c'est son Fils béni sur lequel et dans lequel s'est reposée essentiellement toute la plénitude de la Divinité.

[La conception immaculée de la Vierge Marie]

Dom Marmion

« Il ne convenait pas que Celle qui devait donner au Verbe de Dieu la chair de son Humanité eût été même effleurée par le sceau du prince des ténèbres.
Aussi la bénédiction de Dieu la saisit-elle dès sa conception, dès le premier instant de son être ; elle l’enveloppa entièrement, la préservant de toute souillure et l’enrichissant de grâces si abondantes que Marie surpassa toutes les hiérarchies des Anges. Les trois personnes de la Très Sainte Trinité vinrent aussitôt établir leur demeure dans son âme, l’aimant du plus tendre amour et la comblant de leurs dons. »