La Fraternité Saint-Pie X organise sa collecte 2017

Chers fidèles,

La tradition de l’Action de Carême remonte en Suisse à l’année 1957, 25e anniversaire de l’Association suisse allemande de jeunesse Jungwacht. Celle-ci organisa lors de cette fête une collecte pour les missions qui rapporta la coquette somme de 17,5 millions de Frs. Encouragée par ce succès, l’œuvre d’entraide «Action de Carême» fut ensuite fondée en 1961 et elle organise chaque année depuis cette date une quête durant le carême.

Le district de Suisse de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X a repris cette idée et organise sa propre collecte de carême. Puisque la Fraternité ne bénéficie d’aucun soutien officiel, de même qu’elle n’a aucune part à l’impôt ecclésiastique, cette quête de carême est devenue une importante source de financement pour les nombreuses églises, prieurés et écoles de la Fraternité en Suisse. Ces dernières années, les fidèles ont donné à cette occasion plus de 300’000.- Frs. Que tous soient donc ici vivement remerciés de leur générosité ! Afin d’être fidèle à l’idée d’origine et d’en réaliser la volonté de solidarité, une intention missionnaire, en plus de l’intention pour la Suisse, est proposée chaque année en faveur des régions du monde les plus défavorisées où la Fraternité est présente.

Cette année le supérieur du district, M. l’abbé Pascal Schreiber, demande de soutenir les requêtes suivantes :

1.    Construction d’un jardin d’enfants pour le prieuré de Varsovie, en Pologne

Notre prieuré à Varsovie dirige depuis longtemps déjà une école primaire et même depuis quelques années un lycée qui permet d’obtenir la maturité. La réforme de l’école polonaise exige maintenant de la Fraternité qu’elle fonde aussi une école enfantine (combinaison de jardin d’enfants et d’école), car il n’est plus permis de proposer des offres partielles, il faut couvrir tout le cursus scolaire. En Pologne la Fraternité ne peut qu’à grand peine faire face aux frais courants de la gestion d’une école. Ce n’est déjà pas possible d’investir dans les bâtiments depuis des années. C’est pourquoi nous voulons aider le prieuré de Varsovie en prenant en main la construction du jardin d’enfants. Il s’agit d’un simple bâtiment qui comprend une salle de classe, un vestiaire, une petite salle à manger pour la pause de midi et des toilettes. Il s’élèvera dans la cour intérieure entre le prieuré (à droite sur la photo), l’école (à l’arrière) et la chapelle (à gauche).

2.    Les écoles du district de Suisse

Les écoles privées catholiques sont un des principaux champs d’apostolat de la Fraternité. Cela représente un soutien indispensable pour les parents dans l’éducation religieuse de leurs enfants. Le district de Suisse s’occupe donc maintenant de sept écoles. Elles doivent toutes être financées sans aucune aide de l’État. Et comme les contributions des parents ne peuvent couvrir les frais, afin de ne pas surcharger les familles souvent nombreuses, il reste toujours de gros déficits à la fin de l’année. L’action de carême est donc un important soutien pour boucher ces trous.

3.    Les besoins courants du district de Suisse

Enfin le district vous présente une troisième requête : l’accomplissement quotidien des obligations sacerdotales implique de multiples charges et nécessite une aide financière régulière. Les prêtres parcourent souvent de longues distances afin de desservir les différentes chapelles, de visiter les malades à domicile et de confesser dans les couvents ou les écoles… Cela cause des frais de déplacements que les plus petites chapelles ne peuvent couvrir toutes seules en plus des dépenses de loyer, assurances, chauffage et électricité. Le district doit venir à leur secours et apporter une aide supplémentaire. Sans le soutien actif de nos bienfaiteurs, tout cela ne serait pas possible.

Puisse saint Joseph, le trésorier de toutes les institutions religieuses, toucher les cœurs afin que soient nombreux ceux qui prendront part à cette œuvre d’assistance.

Que sa fête tombe toujours durant ce temps de l’Action de Carême, cela n’est peut-être pas un hasard !

Abbé David Köchli, économe de district

(article paru dans Le Rocher c'est le Christ n° 105 - février - mars 2017)